La présence du passé

schwester_bernhardine_by_jobcak

« C’est pourquoi ils pleurent sur les malades, jamais sur les morts.

Personne au contraire ne pleure un citoyen qui sait mourir gaiement et plein d’espoir. Des chants de joies accompagnent ses funérailles; « 

Thomas Morus, Utopia.

« Schwester Bernhardine »

Mainz, Oktober 2008.

Poster un commentaire

Classé dans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s