L’instant décisif

doisneau

A propos de l’instant décisif:

Ce caractère impératif est une affaire personnelle, qui ne concerne que Cartier-Bresson lui-même : c’est de sa décision subjective, assumée comme telle, qu’il s’agit, et non d’une suspension magique de l’histoire concentrée dans une bulle d’instant unique dont lui seul aurait la maîtrise. Non, il décide d’appuyer sur le déclencheur quand il ressent que c’est bon pour lui, et non parce que c’est décisif pour les autres, et non en regard de l’histoire, et non parce qu’un peu avant ou un peu après, ça n’aurait pas été du tout la même histoire. Ça aurait sans doute été la même histoire, mais pas une photo de Cartier-Bresson.


Edgar Roskis
Texte de la conférence « Photo-journalisme : La leçon oubliée d’Henri Cartier-Bresson » prononcée lors du colloque consacré à ce dernier à la BnF le 14 mai 2003 au grand auditorium du site Tolbiac

Nürnberg, November 2008

Poster un commentaire

Classé dans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s