Archives de Tag: kodak

Présage

`Be that word our sign of parting, bird or fiend!’ I shrieked upstarting –
`Get thee back into the tempest and the Night’s Plutonian shore!
Leave no black plume as a token of that lie thy soul hath spoken!
Leave my loneliness unbroken! – quit the bust above my door!
Take thy beak from out my heart, and take thy form from off my door!’
Quoth the raven, `Nevermore.’

And the raven, never flitting, still is sitting, still is sitting
On the pallid bust of Pallas just above my chamber door;
And his eyes have all the seeming of a demon’s that is dreaming,
And the lamp-light o’er him streaming throws his shadow on the floor;
And my soul from out that shadow that lies floating on the floor
Shall be lifted – nevermore!


« Que cette parole soit le signal de notre séparation, oiseau ou démon ! – hurlai-je en me redressant. – Rentre dans la tempête, retourne au rivage de la nuit plutonienne ; ne laisse pas ici une seule plume noire comme souvenir du mensonge que ton âme a proféré ; laisse ma solitude inviolée ; quitte ce buste au-dessus de ma porte ; arrache ton bec de mon cœur et précipite ton spectre loin de ma porte ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

Et le corbeau, immuable, est toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, – jamais plus !


E. Allan Poe, The Raven (Le Corbeau) – Trad. Charles Baudelaire.

Vue prise dans la cour intérieure de « la Bourse occupée « .

Déc.  2008

Publicités

1 commentaire

Classé dans

La présence du passé

schwester_bernhardine_by_jobcak

« C’est pourquoi ils pleurent sur les malades, jamais sur les morts.

Personne au contraire ne pleure un citoyen qui sait mourir gaiement et plein d’espoir. Des chants de joies accompagnent ses funérailles; « 

Thomas Morus, Utopia.

« Schwester Bernhardine »

Mainz, Oktober 2008.

Poster un commentaire

Classé dans

Road to nowhere?

nowhere

Et c’est la Lorelei, avec son chant fatal,

Qui aura fait tout ce mal.

Und das hat mit ihrem Singen

Die Lore-Lei getan.

Heinrich Heine, Die Lorelei.

Mythe fondateur d’une nation alors en quête d’elle même.

St Goar, Rhine Valley.

Poster un commentaire

Classé dans