Archives de Tag: N&B

L’instant décisif

doisneau

A propos de l’instant décisif:

Ce caractère impératif est une affaire personnelle, qui ne concerne que Cartier-Bresson lui-même : c’est de sa décision subjective, assumée comme telle, qu’il s’agit, et non d’une suspension magique de l’histoire concentrée dans une bulle d’instant unique dont lui seul aurait la maîtrise. Non, il décide d’appuyer sur le déclencheur quand il ressent que c’est bon pour lui, et non parce que c’est décisif pour les autres, et non en regard de l’histoire, et non parce qu’un peu avant ou un peu après, ça n’aurait pas été du tout la même histoire. Ça aurait sans doute été la même histoire, mais pas une photo de Cartier-Bresson.


Edgar Roskis
Texte de la conférence « Photo-journalisme : La leçon oubliée d’Henri Cartier-Bresson » prononcée lors du colloque consacré à ce dernier à la BnF le 14 mai 2003 au grand auditorium du site Tolbiac

Nürnberg, November 2008

Poster un commentaire

Classé dans

La présence du passé

schwester_bernhardine_by_jobcak

« C’est pourquoi ils pleurent sur les malades, jamais sur les morts.

Personne au contraire ne pleure un citoyen qui sait mourir gaiement et plein d’espoir. Des chants de joies accompagnent ses funérailles; « 

Thomas Morus, Utopia.

« Schwester Bernhardine »

Mainz, Oktober 2008.

Poster un commentaire

Classé dans

Clown

le clown et l'enfant

Le sourire d’un enfant, c’est la chanson du coeur.

A child’s smile is a hearth’s song.

Paris, rue de la banque – Quelques jours avant Noël.

Poster un commentaire

Classé dans

Grandeur et décadence – A collapsing world

DB

 » L’homme a presque continuellement besoin de ses semblables, et c’est en vain qu’il l’attendrait de leur seule bienveillance. Il sera bien plus sûr de réussir s’il s’adresse à leur intérêt personnel et s’il leur persuade que leur propre avantage leur commande de faire ce qu’il souhaite d’eux : donnez-moi ce dont j’ai besoin et vous aurez ce dont vous avez besoin vous-même « .

Adam Smith, théorie de la main invisible.

 » Ce beau principe, le bel espoir qui devait apporter la solution à toutes les républiques impossibles, s’écroule pourtant déjà sous les yeux mêmes de ceux qui l’ont inventé. La misère puante et le travail dégradant, en un mot l’aliénation de la vie, ont montré, sous la plume de Dickens ou de Marx et de Smith lui-même, la nature réelle de cette utopie machiavélienne qui a cru, avec tout le dogmatisme d’une foi perdue, aux vertus du marché : elle a fait de la société capitaliste une  » fabrique du diable  » ; les vices et l’égoïsme des hommes ne portent en eux aucune dialectique rédemptrice. La question demeure. « 

Michel Terestchenko, dans l’ouvrage  » La pureté  » (1993)

A propos de « Fable of the bees » , (Bernard Mandeville, 1714).

Deustche bank’s office in Frankfurt, Oct. 2008

Poster un commentaire

Classé dans

Le Louvre

Au moment où il arriva à l’Académie, il trouva plus de deux mille personnes dans la cour du Louvre, qui criaient en battant des mains: Vive M. de Voltaire!

Au moment où il arriva à l’Académie, il trouva plus de deux mille personnes dans la cour du Louvre, qui criaient en battant des mains: Vive M. de Voltaire!

Jean le Rond d’ Alembert.

Ce jour là, ils ne sont que deux, seuls, ils se regardent..

Paris, Sept. 2008

Poster un commentaire

Classé dans

« La beauté n’est que la promesse du bonheur »

Stendhal à propos de Bordeaux – Sept. 2008

Poster un commentaire

Classé dans

Hello world!

Pierre, Sept. 2008

1 commentaire

Classé dans